Projet 2005: 12 vues

Le 29 octobre 2005, nous avons lancé un nouveau projet. Il nous semblait important d’utiliser le même mode de diffusion que pour le premier (le bouche à oreille, les rencontres, ainsi que d’autres plus impersonnels (blogs, forums, collectifs de photographes) pour recueillir des témoignages de gens que nous ne connaissions pas et d’autres sensibilisés à notre appel par des proches, pour appuyer de fait le coté communautaire du projet.

En guidant les participants vers un thème simple : la notion de beau et de laid, et en demandant à chacun une présentation rapide de lui-même, nous pouvions commencer à établir un constat. L’idée que nous avons développé est la suivante : en sachant qui est qui, par son nom, prénom, évidement mais également par son pays d’origine, son pays de résidence au moment du projet, son âge, la vision qu’il a de lui même (autoportrait), la façon dont il s’approprie ou se réapproprie son espace intérieur (environnement direct), l’environnement où il choisit (ou non, c’est une des questions qu’il nous reste à soulever lors d’un prochain projet) de vivre (quartier et ville de résidence) nous pouvons déjà dégager quelques modes de comparaison :Un Espagnol vivant en Inde n’aura certainement pas la même vision de la beauté ou de la laideur qu’un Indien d’origine... toutes les notions développées auparavant doivent être mises en relation pour pouvoir cerner le fait que la culture, l’éducation, le mode de vie…rentrent en compte dans la vision d’un acteur sur son environnement. Sans divulguer l’intention que nous avions par rapport à ce projet, nous avons insisté sur le fait que chaque personne, participant ou non, est auteur de sa vie et de la relation qu’il entretient avec le monde. Nous avons fait appel à la créativité inhérente à chaque être humain pour souligner la spontanéité nécessaire à un tel constat. Il semble en effet qu’une fois dégagées les notions de présentation, c’est l’être humain qui s’exprime spontanément sur son environnement et la relation qu’il entretient avec celui-ci. C’est, à notre sens, le seul moyen pour témoigner d’un état social.

La façon de traiter les images reste ainsi la propriété de chacun, ce qui relève encore plus la notion d’auteur et d’expression. Les participants aux projets, qu’ils soient artistes ou acteurs, vont utiliser leur médium comme ils le veulent mais en gardant tous en tête une idée sur laquelle ils ont à réfléchir. Le fait que toutes les photos soient prises le même jour, pour chaque participant, renforce encore plus l’esprit d‘échange et de partage inhérent à ce projet et permet sans aucun doute de faciliter l’expression personnelle.

Nous avons demandé à des personnes très différentes et sans lien entre elles de se présenter à l’autre, de lui montrer son rapport au monde. Ce qu’il trouve de beau et de laid dans sa vie, sa société, son environnement. L’important étant de se présenter, d’exprimer ses sentiments et sa sensibilité au moyen d’un médium simple et de témoigner d’une intention.

SimpleViewer requires Macromedia Flash. Get Macromedia Flash. If you have Flash installed, click to view gallery.